REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

dimanche 19 octobre 2014

LE BERNIN (7) : LE BALDAQUIN DE SAINT PIERRE.

C'est la  première grandes œuvres du Bernin à Saint Pierre de Rome.

Ce travail lui avait été commandé par le pape Urbain VIII (pape de 1623 à 1644) et était destiné à surmonter l'autel de la basilique saint Pierre. Sa construction s'échelonnera de 1620 à 1633.

En 1620, la basilique est quasiment terminée,  cependant cette église de proportion grandiose et écrasante devait sans doute paraître un peu froide aux yeux des papes de la contre-réforme, surtout, elle ne répondait plus aux ambitions religieuses de l'époque qui s'adressaient à la sensibilité ou même au sensualisme pour conquérir les cœurs.

Il était en particulier nécessaire de magnifier l'autel qui devait paraître bien petit dans cet immense espace en construisant un édifice de type ciborium adapté à cette immensité.

Le " cahier des charges" était d'une grande complexité :
   . Il fallait d'abord que l'édifice soit imposant, qu'on puisse en ressentir sa grandeur dès l'entrée et que le regard soit immédiatement attiré par lui,
  . Il ne fallait pas, par contre, qu'il masque l'architecture de l'église ni la haute élévation des murs ni la coupole : cet édifice devait être imposant mais aérien et quasiment éthéré.
  . Il fallait aussi faire en sorte que le regard soit immédiatement attiré vers lui : pour cela, il était nécessaire de créer une structure inédite dont l'aspect  trancherait totalement avec le reste de l'architecture : si le concepteur du baldaquin utilisait les poncifs de la renaissance avec des colonnes surmontées de chapiteaux portant un lourd entablement horizontal, il s'intégrerait certes dans le décor mais il ne s'en différencierait pas. Il fallait donc inventer un nouveau style.
   . Il fallait aussi que cette architecture nouvelle s'adresse au cœur, à la sensibilité et par là même permettre l'élévation de l'âme jusqu'à Dieu.

Ainsi, le BERNIN se vit confier une tâche complexe : construire un baldaquin imposant mais aérien, inventer des formes nouvelles mais en les intégrant à une architecture Renaissance, réveiller la foi en l'église et en Dieu par le ressenti .

Tout cela ressemblait à un gageure !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire