REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

vendredi 21 juillet 2017

L'île de Saint Martin aux Antilles (12) : l'époque précolombienne.

L’histoire précolombienne de Saint Martin, comme d’ailleurs celle de toutes les Antilles, est particulièrement difficile à accomplir du fait de la disparition quasi-immédiate après 1492 de la plus grande partie des habitants primitifs consécutivement aux ravages de la colonisation dus à la fois au travail forcé, aux épidémies importées d’Europe contre lesquelles les indiens n’étaient pas immunisés et surtout au fait que les colons voulurent s’emparer des terres des indiens en les massacrant ou les forçant à s’installer sur des îles inhospitalières telles que La Dominique.

En conséquence, les historiens en sont réduits pour les périodes antérieures à l'arrivée des européens, à se référer essentiellement aux découvertes archéologiques. A cet égard, l’île de Saint Martin est particulièrement favorisée à trois points de vue :
     . Du fait des nombreuses trouvailles archéologiques effectuées car les deux derniers stades de l’histoire précolombienne sont continument  représentés,
     . Parce qu’il fut possible de reconstituer les paléosols ainsi donc que la vie quotidienne des habitants.
     . Par sa situation géographique à la jonction des grandes et des petites Antilles, saint Martin participa aux deux aires culturelles de ces entités.

L’histoire des Antilles est traditionnellement divisée en trois périodes :
     . Le PALEOINDIEN dont on ne découvre des vestiges que dans les grandes Antilles. L’absence actuelle de traces de cette époque à Saint Martin ne veut cependant pas dire que cette période  n’ait  pas été représentée : les transgressions marines consécutives à la fin des glaciations ont pu  ennoyer les sites primitifs situés sur les littoraux d’alors.
     . Le MESOINDIEN, attesté à Saint Martin dès vers 3300 av JC jusque + 100 ; c’est une époque que l’on pourrait appeler celle des « collecteurs de coquillages »
     . Le NEOINDIEN, de -500 à +1500 avec une période de transition entre -500 et +100 où les deux civilisations mésoindienne et néoindienne coexistent. Le NEOINDIEN se caractérise principalement par l’apparition de la céramique ; l’évolution de son style  sert de base à l’établissement de la chronologie de cette époque.

prochain article : LE MESOINDIEN

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire