REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

mercredi 23 août 2017

L'île de Saint Martin aux Antilles (19) : l'époque précolombienne.


Une dernière caractéristique du NEOINDIEN ANCIEN est la présence autour de Hope Estate de «sites satellites » entourant le village principal ; ils sont datés de la même époque que celui-ci et devaient être en étroite liaison avec lui.

Parmi ces sites, on peut citer :
   . Un atelier utilisé pour l’exploitation des mollusques et en particulier des lambis en vue de la consommation. On peut penser que les lambis étaient  trop lourds pour être transportées en entier dans le village et que les déplacements effectués se limitaient aux seules coquilles utilisées en tant que matières premières pour l’artisanat. (Anse Pinel)
   . Un autre site (Cul de sac)  comportait des coquilles perforées, ce qui permettait d’extraire la chair de l’animal (décoquillage).
   . On trouve aussi des sites localisés près des zones d’exploitation de la cherotuffite et de la calcirudite (fabrication des zemis)

Dans tous ces sites satellites, il ne semble pas y avoir d’habitats permanents  mais plutôt des campements.

Ainsi, le site de Hope Estate témoigne d’une civilisation assez élaborée marquée par :
     . La coexistence d’un village central établi au pied des mornes et de sites satellites spécialisés,
     . Une évolution importante au niveau des modes de vie qui inclut désormais des animaux terrestres et sans doute aussi la culture du manioc et les pratiques agricoles,
     . L’apparition de la céramique qui permet de diversifier les outils utilisés,
     . Enfin l’apparition de formes cultuelles comme celle de la présence des zemis qui semblent être une évolution de ces pierres énigmatiques cités plus haut que l’on avait trouvé au MESOINDIEN.

Prochain article, le NEOLITHIQUE RÉCENT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire