NOUVEAU THÈME :
J'ai précédemment effectué divers articles sur les trois pays baltes que je trouve fascinant. il manquait à cette étude la description des trois capitales, Vilnius, Riga et Tallinn. voici d'abord mes impressions sur RIGA capitale de la LETTONIE.

REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

jeudi 23 novembre 2017

LITUANIE (4) histoire d’une grandeur perdue

LE TOURNANT DE LA PREMIÈRE PARTIE DU 13ème SIÈCLE
suite de l'article précédent

Trois  événements vont conduire à la constitution d’un pouvoir central en Lituanie et orienter toute l’histoire ultérieure du pays pendant deux siècles :

Le premier concerne deux modifications ayant trait aux routes commerciales passant par la Rus de Kiev :
   . La prise de Constantinople par la quatrième croisade en 1204 aboutit au détournement du commerce orienté Sud-Nord par le Dniepr vers les cités italiennes.
    . La naissance de la Hanse germanique en 1241 canalisa vers le Nord et la mer Baltique les produits provenant de la Rus. Novgorod devint d'ailleurs un des comptoirs de la Hanse.

Le second événement se produisit après l’appel à la croisade de 1200 contre les pays baltes qui abritaient les derniers peuples non-christianisés d’Europe et aboutit à l’instauration de la domination chrétienne au Nord et au Sud du territoire des tribus lituaniennes :
     . La conquête et la christianisation  des pays Estes et Lettons avec fondation de Riga et de son évêché en 1200 puis de l’ordre des Porte-Glaives en 1202 puis enfin de la nomination du fondateur de Riga, Albert de Buxhovden, comme prince-évêque disposant du pouvoir temporel sur le pays Letton  et sur la partie sud du pays Este.
    . L’attribution en 1226 à l’ordre teutonique de territoires en Prusse où il s’établit  en tant qu'état souverain.

Enfin, eut lieu l’invasion de la Rus de Kiev par les mongols de Batu Khan. La Rus, alors en proie à l’affaiblissement de l’état central et aux rivalités entre principautés, ne put résister ; ainsi Kiev est conquis en 1240. Seule la cité de Novgorod échappa à la destruction grâce au dégel et à la raspoutitsa qui en découla, ce qui  empêcha les mouvements des armées mongoles vers la cité.  Très vite, l’immense empire mongol se scinda en plusieurs khanats rivaux. La Rus dépendit alors de celui de la Horde d’Or. Les mongols étaient trop peu nombreux pour dominer eux-mêmes les principautés russes, ils les  laissèrent donc subsister. Les princes russes, y compris celui de Novgorod, durent  faire allégeance au Khan, recevoir leurs ordres, lever les hommes dont le khan avait besoin et payer le tribut (Yarlik). Les mongols permirent néanmoins aux principautés de garder la religion orthodoxe qui devint le seul élément de cohésion et de civilisation. Seules quelques principautés situées à l’ouest de la Rus échappèrent à l’asservissement mongol (duché de Minsk, de Polosk, de Vitebsk...)

Les deux derniers événements vont considérablement influer sur l’histoire de la Lituanie ;
   . D’abord, l’installation des ordres militaires d’origine germanique créa une menace constante sur les frontières Nord et Sud des terres lituaniennes ; en effet, sous couvert de croisade d’évangélisation, les deux ordres militaires entamèrent une politique d’expansion territoriale au détriment de la Lituanie en conduisant des offensives régulières contre ce pays.
   . D’autre part, les tribus lituaniennes avaient depuis longtemps pris l’habitude d’effectuer des incursions en pays Rus afin de  se livrer au pillage. L’affaiblissement de la Rus sous les coups des Mongols leur donna l’occasion d’envisager une politique d’expansion territoriale vers l’est.

Ces deux caractéristiques en induisirent une troisième : la nécessaire unification des tribus lituaniennes. Elle seule pouvait permettre à la fois de coordonner des forces jusqu'alors dispersées  pour lutter contre les ordres militaires et entamer l’expansion vers la Rus. La création d’un pouvoir central fut cependant difficile et s’étala pendant une grande partie du 13è siècle. .

A suivre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire