NOUVEAU THÈME :
J'ai précédemment effectué divers articles sur les trois pays baltes que je trouve fascinant. il manquait à cette étude la description des trois capitales, Vilnius, Riga et Tallinn. voici d'abord mes impressions sur RIGA capitale de la LETTONIE.

REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

dimanche 31 décembre 2017

LITUANIE (19) : la préservation de la culture nationale

Suite de l'article précédent 

La masse des paysans sur lequel le servage se développait, en pesant de plus en plus lourdement sur ses épaules  était complètement à l’écart de ces évolutions culturelles de la classe dirigeante, même s'il apparut dans le langage lituanien des mots polonais permettant de nommer certaines notions ou objets n’existant pas dans le lituanien d’origine. Pour le reste, les paysans lituaniens continuaient à utiliser leur langue et se transmettaient de génération les mythes et les dainos provenant de leur lointain passé. Cette transmission n’était cependant pas sans danger du fait des interdictions fulminées par l’église qui y voyait une survivance du paganisme. Avec le temps, une autre difficulté était apparue, il s'était produit, en effet, une diversification de la langue selon les régions avec émergence de nuances  locales et même de dialectes.

Pourtant, il se produisit, au niveau de la langue lituanienne, une évolution importante avec l'introduction de l'écrit ;  ce fut le fait d’abord des pasteurs protestants puis des catholiques de la contre-réforme. Le même processus se déroula en pays Lettons et Estes : le luthéranisme impliquait à la fois un culte en langue vernaculaire, la traduction des livres cultuels et la possibilité donnée à chacun de pouvoir lire la Bible chez lui et en famille. Pour cela, il fallut d’abord choisir une des nuances locales,  puis la transcrire au moyen d’un alphabet ; dans ce but, on utilisa la phonétique et les sons de l’alphabet latin et de l’allemand et on les adapta à la langue orale lituanienne. L’utilisation de l’alphabet allemand était due au fait que le travail de transcription et plus tard de traduction et d’impression fut effectué en Prusse orientale.

Les premiers livres écrits en lituanien et d’inspiration protestante apparurent à partir de la seconde moitié du 16ème siècle (le plus ancien est un catéchisme écrit par Mazvydas, datant  de 1547). Ils furent de trois  types :
    . Des livres religieux et cultuels : catéchisme, psaumes puis Bible, tous inspirés du luthéranisme et traduits de l’allemand.
    . Des outils pratiques : abécédaires, et dictionnaires, ces derniers étaient bilingues (allemand-lituanien) ou trilingues (polonais-latin-lituanien) ; par contre, il n’existait pas de dictionnaire unilingue en lituanien. Au 17ème siècle, parut une grammaire ; celle-ci, constituée à partir de la grammaire allemande, était d’une grande complication, comportant par exemple cinq degrés de déclinaison pour les noms  afin de correspondre à toutes les nuances linguistiques du lituanien.
.  Quelques  rares livres de poésie profane et en particulier celui de K Donelaitas appelé "les saisons" qui associaient la beauté de la nature et la vie misérable des paysans à l’époque où le servage se développait.

La nécessité de lire la Bible et les livres cultuels à la maison amena également  à la création des premières écoles dans les villages,

A suivre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire