REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

mardi 30 janvier 2018

LES COLONNES VOTIVES DU 17ème SIÈCLE (1) : LA MARIENSAÜLE de Vienne.

La nouvelle série d’articles publiée sur ce blog décrira une des particularités de l’art baroque de l’Europe centrale des 17 et 18 siècles, les colonnes votives.

Quatre de ces colonnes seront successivement  décrites :
     . La MARIENSAÜLE de Vienne
     . LA COLONNE DE LA TRINITE appelée aussi COLONNE DE LA PESTE de Bratislava
     . LA COLONNE DE LA TRINITE appelée aussi COLONNE DE LA PESTE de Budapest
     .  LA COLONNE DE LA TRINITE appelée aussi COLONNE DE LA PESTE du Graben à Vienne

La description des trois colonnes de la peste  ne sera pas chronologique, elles correspondront plutôt au degré croissant de complexité de leur signification. Afin de ne pas alourdir mon texte, je placerai une grande partie des conditions historiques de cette époque en note jointe.

LA MARIENSAÜLE  de Vienne (1667)

Elle est située sur la place Am-Hof ; cette place, établie à l’emplacement du praetorium du camp romain de Vindobona, fut, au Moyen-Age, le cœur de la ville, c’est en particulier à cet endroit que le margrave Henri 2 Jasomirgott fit construire  son château lorsqu'il fit de Vienne sa capitale (1)


La Mariensaüle fut édifiée en 1647, par l’empereur Habsbourg Ferdinand 3 (empereur du Saint Empire de 1636 à 1657 et, entre autre, duc d’Autriche)

A cette époque des dernières années de la guerre dite de Trente Ans (2), l’armée impériale avait été vaincue par l’armée suédoise de la ligue protestante en 1645  à la bataille de Jankovic. Vienne était directement menacée et l’empereur vit vœu d’élever une colonne dédiée à la Vierge si la ville échappait aux hordes suédoises réputées pour les pillages et les massacres qu’elles accomplissaient.

Ferdinand 3 fut exaucé et la colonne fut élevée à Vienne sur la place Am Hof,

Le fils de Ferdinand 3, Léopold 1er (empereur de 1658 à 1705) en fit don au comte de Sinzendorf qui l’installa à Weinstein au bord du Danube. L'empereur fit cependant  en fabriquer une copie qu’il dressa en 1667sur la place Am Hof, c’est cette copie que l’on peut voir actuellement. elle se différencie de l'original par le fait que les sculptures  y sont édifiées en bronze

A suivre..

1 Henri 2 Jasomirgott, (+1177) appelé ainsi  pour ses jurons blasphématoires, appartenait à la famille des Babenberg, titulaires du margraviat d’Autriche depuis le 10e siècle. Il succéda à son frère Léopold qui avait reçu, en plus du margraviat d’Autriche, le duché de Bavière. Henri 2 devint donc, entre autre,  margrave d’Autriche et duc de Bavière. Il perdit le duché de Bavière en 1156 ; en compensation, l’empereur Frédéric Barberousse, roi des Romains et empereur du saint Empire (+1190), lui accorda à le titre de duc d’Autriche. La dynastie des Babenberg régnera en Autriche jusqu’au milieu du 13 siècle. En 1273, Rodolphe de Habsbourg s’en empara.

2 la guerre de Trente Ans (1618-1648) se produisit dans le saint Empire Romain Germanique entre les princes de cet empire convertis au protestantisme et l’empereur qui, resté  catholique, devint le rempart du catholicisme dans le saint Empire. Les princes protestants reçurent l’aide des suédois eux aussi devenus protestants. Pendant toute la période, les empereurs émanaient de la famille des Habsbourg dont la capitale était Vienne. La guerre de Trente Ans, terminée pour le saint Empire par le traité de Westphalie, se caractérisa également par l’intervention de la France en tant que soutien des protestants.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire