REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

lundi 22 janvier 2018

PAYS BALTES (7) : un douloureux passé : la situation des paysans au 18è siecle

Suite de l'article précédent

Peut-on apercevoir encore des traces de cet asservissement des paysans dans les paysages actuels ?

On peut trouver un élément de réponse en se rendant à l’écomusée de Riga qui présente un grand nombre de maisons anciennes rassemblées dans une belle forêt aux fins de leur préservation.

Dans ce musée, sont présentées une grande majorité de maisons du 19e siècle témoignant de l’amélioration de la condition paysanne. Pourtant, on en trouve quelques-unes datant de la fin du 18e siècle qui corroborent les renseignements fournis par les voyageurs de l’époque des lumières. Les photos ci-dessous montrent une de ces fermes.


La ferme est établie dans un enclos entouré d’une clôture faite de pieux  verticaux  entrecroisés  enserrant des branches horizontales, l’accès à la ferme se fait par une simple porte en bois. A l’intérieur de l’enclos se trouvent les éléments essentiels d’une ferme :
    . Un puits façonné au moyen de poutres entrecroisées et surmonté d’un petit toit. Ce puits est desservi par un balancier comportant deux piliers de bois entre lesquels se trouve le balancier proprement dit.
    . Un grenier
    . Une cuisine d’été
    . Le logis d’habitation.
 Il existait sans doute aussi un poulailler ainsi qu’une bauge pour le cochon.

Les deux photos ci-dessous représentent un grenier : à gauche, le grenier de la maison du 18e siècle, à droite, un grenier d’époque postérieure aux fins de comparaison :


Les deux greniers possèdent un plancher de bois surélevé par des pierres, ce qui permet à la fois de le protéger de l’humidité du sol mais aussi des rongeurs ; deux pierres servent d’escalier pour accéder à la porte ; les toits sont en chaume, l’un est à quatre pans, ce qui est le cas général, l'autre à deux pans ; les murs sont composés de poutres de bois entrecroisées au coin et particulièrement bien ajustées. Un large auvent permet de rentrer les denrées à l’abri des intempéries. Les deux greniers présentés possèdent deux portes ; sur le grenier de gauche, elles sont établies l’une au-dessus de l’autre, la porte supérieure étant accessible par un escalier aux marchés creusées dans un tronc d’arbre. Les deux portes du grenier de droite sont construites côte à côte.

Dans ces greniers, les paysans entreposent leurs réserves de nourriture et en particulier de céréales ainsi que les outils nécessaires à la vie quotidienne. Leur mobilier comporte des coffres à abattant pour le grain, des tonneaux et des cuveaux de bois ainsi que des corbeilles en osier. C’est dans un de ces cuveaux que se faisait la lessive. Tous les outils étaient fabriqués à la ferme puisque les paysans n’avaient pas d’autre moyen de vivre qu’en autarcie.

A suivre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire