REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

lundi 19 février 2018

LES COLONNES VOTIVES DU 17ème SIÈCLE (10) La colonne trinitaire de la peste de Bratislava

Suite de l'article précédent

En dessous de la corniche portant les saints intercesseurs se trouve le MONDE DES HOMMES, il est représenté par trois panneaux sculptés.

 Le panneau de gauche représente l’extrême onction : un mourant est surmonté de nuées dans lesquelles volent des anges venant le chercher quand il sera mort.

Le relief (central sur la photo) figure l’enterrement : deux hommes transportent un mort sur une civière, une femme s’apprête à mettre son enfant en terre.

Le troisième panneau représente deux personnages :
     . A gauche, une femme aux cheveux bouclés, vêtue d’une robe longue tenant entre ses bras un cadavre,
     . A droite, un homme habillé d’un manteau tenant un autre cadavre qui ressemble beaucoup à la représentation traditionnelle  du Christ mort descendu de la croix avant son  ensevelissement.

L’interprétation la plus commune est que la femme représentée serait sainte Rosalie.  Sainte Rosalie vécut en ermite  dans une grotte de Sicile et y mourut en 1160. Lors de la peste survenue à Palerme en 1624, elle apparut d’abord à une vieille femme puis à un chasseur à qui elle demanda de se rendre dans la grotte et de ramener à Palerme ses restes mortels. Le chasseur fit ce que Rosalie lui avait demandé, alors la peste cessa. Sainte Rosalie devint la patronne de Palerme et sa renommée fut telle qu’en 1678-79, lorsqu’une terrible peste s’abattit sur Bratislava, on l’invoqua et l’épidémie fut jugulée grâce à son intervention. Une chapelle lui fut dédiée par la ville en remerciement et action de grâce.

Dans de telles conditions, on peut comprendre la présence de Sainte Rosalie sur la colonne à qui on dût attribuer la fin de la peste de 1712. Dans cette perspective, le panneau représenterait la rédemption de la ville :
   . Dieu ayant entendu la prière des hommes transmise par les intercesseurs a envoyé la sainte pour combattre la peste,
   . Si le cadavre de droite représente le Christ mort, il rappellerait que la mort du Christ a permis la rédemption des hommes.

Prochain article, LA COLONNE DE LA PESTE DE BUDAPEST

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire