REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

jeudi 1 février 2018

LES COLONNES VOTIVES DU 17ème SIÈCLE (2) : LA MARIENSAÜLE de Vienne.

Suite de l'article précédent
une erreur de date s'est produite dans l'article précédent, elle a été corrigée. 

La Mariensaüle est caractéristique de l’art baroque, transposition  artistique de la Contre-réforme catholique, triomphante dans les états Habsbourg sous Léopold 1er. Celle-ci avait défini  deux concepts de base :
   . Il existe une barrière entre le monde de Dieu omniscient et omnipotent et celui des hommes où règne le péché ; en conséquence, l’homme ne peut réaliser son salut sans aide.
   . Cette aide est fournie par des saints intercesseurs que les hommes invoquent afin qu’ils intercèdent pour eux lors du jugement dernier : le culte des saints, honni par les protestants, est ainsi réaffirmé avec force.

Ces deux concepts sont parfaitement illustrés à la fois dans les églises de style baroque comme sur les colonnes mariales ou trinitaires.

Dans les églises baroques, la séparation du monde de Dieu et du monde des hommes est représentée par une forte moulure (1) qui sépare les murs à arcades de la nef et la voûte qui la surmonte, c’est ce que l’on trouve par exemple dans la «Santissimi Nomi di Gesù e Maria in Via Lata » (Saint Nom de Jésus et Marie) datant de la deuxième moitié du 17ème siècle et donc contemporaine de la Mariensaüle.

Le monde des hommes (2) est figuré par les arcades et les colonnes de la nef ; elles montent d’un seul trait jusqu’à la moulure, elles ne sont pas décorées à l’exception de la chaire et des statues, sises dans des niches, représentant les intercesseurs. La représentation du  monde des hommes est à l’image de ce qu’il est, un univers où dominent les péchés

Le monde de Dieu (3) montre, à l’inverse, une luxuriance de décoration avec souvent des trompe-l’œil figurnnt le ciel au milieu duquel trônent les trois personnes de la Trinité entourés d’anges et de la cour des saints.

Ainsi, apparaît un  mouvement du regard du fidèle :
   . Celui-ci s’élève d’abord directement vers le ciel, il constate la magnificence du monde céleste  et aspire à le rejoindre ; cependant, il se rend bien compte que le ciel lui sera interdit s’il continue à faire des péchés.
   . Il lève alors son regard vers les intercesseurs dont les statues se trouvent à sa portée : les intercesseurs lèvent également le regard vers le ciel : cela forme une ligne de prières allant du fidèle au Saint et du Saint à Dieu qui permet aux êtres humains d’accéder plus facilement au paradis puisque le saint intercesseur leur apportera son aide lors du jugement dernier.

Les colonnes mariales ou trinitaires sont construites selon les mêmes conceptions, comme le montre la description détaillée de la Mariensaüle qui va suivre.

À suivre 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire