REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

samedi 3 février 2018

LES COLONNES VOTIVES DU 17ème SIÈCLE (3) : LA MARIENSAÜLE de Vienne.

Suite de l’article précédent

Les colonnes mariales ou trinitaires sont construites selon les concepts de la contre-réforme catholique et du style baroque  comme le montre la description détaillée de la Mariensaüle.

On retrouve, selon moi, les trois éléments qui caractérisent les églises baroques décrites dans l'article précédent :

   . Le monde des hommes (1)  est figuré par la base de la colonne qui ne comporte actuellement aucune décoration à l’exception de petites arcatures sur les piliers de coin.

    . La séparation entre le monde des hommes et celui du ciel est figuré par la corniche (2) qui surmonte la base.

    . Le  monde du ciel est représenté  à deux niveaux
         . Par la statue sommitale de la Vierge (3)
         . Par les anges (4) qui se trouvent à la base de la colonne.

La Vierge Marie est reconnaissable par l’auréole d’étoiles dorées qui la surmonte, elle joue ici une double action,  bien marquée par la manière dont elle est sculptée :
     . En tant que protectrice des hommes, elle  piétine un dragon ailé  mourant, qui continue néanmoins  à cracher le feu en dépit de la flèche qui lui transperce le cou. La flamme qui sort de la gueule du dragon et la flèche qui le transperce sont dorés afin qu’on les remarque.
     . En tant qu’intercesseur, elle est représentée en prière son regard s’élevant vers le ciel au sens physique du terme.

La Vierge Marie et le dragon sont sculptés  debout sur l’abaque d’un chapiteau ionique à quatre volutes, sa corbeille associe des aigles aux ailes déployées et des feuillages stylisés. L’astragale du chapiteau porte des draperies qui semblent nouées à celle-ci.


La partie inférieure du monde du ciel est le domaine des anges qui sont descendus au contact du monde des hommes. On les trouve à trois endroits :

   . Sur la base de la colonne sont sculptés à ses quatre coins, des têtes cantonnées de deux ailes déployées (4a). Cette manière de figurer les anges est habituelle à l’art baroque, il permet de multiplier le nombre d’anges dessinés ou sculptés et de figurer symboliquement  les myriades d’anges que comporte la cour céleste.

   . Autour des quatre inscriptions du piédestal de la colonne sont également représentés des anges ailés semblant porter l'inscription dédicatoire (4b).

   . Enfin, sur la plateforme située au-dessus du monde des hommes, sont sculptés  quatre anges-guerriers potelés (4c), communs aussi à l’art baroque que l’on qualifie généralement de putti. Ils sont vêtus d’une tunique sur laquelle ils portent une cuirasse;  leur tête est protégée par un casque à triple plumet ; d’une main, ils brandissent leurs épées, de l’autre, ils tiennent un bouclier rond ou hexagonal comportant une inscription en lettres dorées. Leur costume est conforme aux représentations des soldats romains que l’on trouve, par exemple, sur la colonne Trajane.

à suivre...
prochain article, la description des anges combattant

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire