NOUVEAU THÈME :
J'ai précédemment effectué divers articles sur les trois pays baltes que je trouve fascinant. il manquait à cette étude la description des trois capitales, Vilnius, Riga et Tallinn. voici d'abord mes impressions sur RIGA capitale de la LETTONIE.

REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

samedi 31 mars 2018

Le stoïcisme d' EPICTETE :un art de vivre (3)

LA DESTINÉE COMME FACTEUR ESSENTIEL DE L’EXISTENCE HUMAINE.(suite)

Les deux premières séries d’aphorismes concernant la destinée humaine, cités dans l’article précédent, établissent deux idées générales :
   . L’homme est l’acteur d’un rôle qui lui a été donné  par le Destin.
   . Ce rôle correspond à une organisation parfaite de l’univers présidée par les dieux, où chacun a sa place.

La troisième idée d’Epictète à propos de la destinée  est la conséquence des deux précédentes,   elle s’applique au dualisme entre bien et mal :

   . 27 : « le mal de nature n’existe pas dans le monde »

Puisque les Dieux sont justes et sages et qu’ils sont les garants du  maintien d’un monde parfait et harmonieux,  le mal ne peut exister naturellement, il ne peut être dû donc qu’aux êtres humains.

Ainsi, imaginons le cas de deux hommes nés esclaves. Le destin en a voulu ainsi, l’un accepte son destin, il subira sans se plaindre les multiples maux dus à son état, l’autre décidera de se révolter, il tuera son maître et s’enfuira ; si c’était son destin, il ne sera pas repris, si ce n’était pas son destin, il sera crucifié ; le premier est représentatif du bien, le second accomplit le mal.

Cette conception qui paraît étrange à notre époque avide d’ascension sociale, correspond à une idée générale de la plupart des philosophes grecs, celle de la recherche du bonheur par l’ataraxie. Pour Epicure, elle est ressentie comme la paix de l’âme que rien ne peut troubler, qui profite intensément de chaque instant et transcende les dualismes bien/mal et bonheur/ malheur. Par contre, pour Epictète, l’ataraxie  est plutôt obtenue en agissant  en conformité à ce que l’on suppose être son destin  si on échoue dans ses desseins et qu’on en est malheureux, c’est qu’on outrepasse son destin.

C’est dans ces perspectives que le manuel cite cet aphorisme :

8 : « Ne demande pas que ce qui arrive, arrive comme tu le désires, mais désire que les choses arrivent comme elles arrivent et tu seras heureux »

Cette recherche de cette forme d’ataraxie constitue le cœur de la pensée d’Epictète.

À suivre…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire