REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

jeudi 1 mars 2018

LES COLONNES VOTIVES DU 17ème SIÈCLE (15) : la colonne de la Trinité dédiée à la peste de Buda (Budapest)

suite de l'article précédent 

La dernière demande des hommes  était  de supplier les intercesseurs de faire cesser la peste ; pour cela, on priait deux saints : SAINT SÉBASTIEN, SAINT JEAN NEPOMUCENE ainsi que LA VIERGE MARIE

SAINT SÉBASTIEN était un officier romain à l’époque des empereurs Dioclétien et Maximin, il fut condamné à mort car il était chrétien et donnait réconfort à ceux qui subissaient le martyr.

On peut trouver dans la légende dorée de Jacques de Voragine l'indication permettant de comprendre  l’aspect du saint figuré dans toutes les statues le représentant : « l’empereur Dioclétien ... lui dit : « Ingrat, je t’ai placé au premier rang dans mon palais, et toi tu as travaillé contre moi et mes dieux ! » Et Sébastien : « Pour toi et pour l’État romain j’ai toujours prié Dieu, qui est dans le Ciel. » Alors Dioclétien le fit attacher à un poteau au milieu du champ de Mars, et ordonna à ses soldats de le percer de flèches. Et les soldats lui lancèrent tant de flèches qu’il fut tout couvert de pointes comme un hérisson ».

C'est en vertu de cette légende qu'est représenté le saint : il est attaché, à demi nu, à un arbre par des cordes  et a reçu deux flèches que l’on a dorées pour les mettre en valeur.


Saint Sébastien se remettra de cette épreuve et sera ensuite fouetté à mort.

Les blessures reçues par les flèches sont souvent assimilées à l’aspect des  bubons ; pourtant ce n’est pas uniquement ce fait qui fit de Saint Sébastien un protecteur de la peste, voici l’explication de Jacques de Voragine : « On lit dans les Annales lombardes qu’au temps du roi Humbert, l’Italie entière fut atteinte d’une peste si malfaisante qu’on avait peine à trouver quelqu’un pour ensevelir les cadavres : et cette peste ravageait surtout Pavie. Alors, un ange révéla que le mal ne cesserait que si l’on élevait un autel à saint Sébastien, dans la ville de Pavie. Et l’on éleva aussitôt cet autel dans l’église de Saint-Pierre aux Liens : sur quoi la peste disparut tout à fait. Et les reliques de saint Sébastien furent transportées à Pavie, de Rome, où avait eu lieu son martyre »

Saint JEAN NEPOMUCENE, né en 1330, était prêtre quand il fut remarqué par l’empereur Wenceslas 4 qui le nomma prédicateur et aumônier  de la cour. L’archevêque de Prague le fit entrer dans le chapitre des chanoines de la cathédrale Saint Vit.

Il s'attira les foudres de Wenceslas en  refusant, selon la légende, de lui révéler le contenu de la confession que lui avait faite l’impératrice.

Il fut torturé à plusieurs reprises puis fut jeté pieds et poings liés  dans la rivière, c’est alors qu’apparurent des étoiles qui surgirent au milieu du flot emportant le corps du saint, celles-ci sont figurées sur l’auréole surmontant la tête du saint.

 Parmi tous les miracles que SAINT JEAN NEPOMUCENE effectua, on trouve ce récit  tiré de « vie et miracle de saint Jean Nepomucène » de 1731 et montrant comment le Saint protégea sa ville de naissance de la peste: «  en l’an 1680, Dieu ayant visité le royaume avec ce fléau qui ôta la vie à beaucoup de ses habitants, la contagion régnait déjà dans la ville de Prague, en sorte que les habitants de Nepomuk la voyant éloignée de leur porte d’un mile seulement et croyant ne pouvoir échapper d’être atteint avaient déjà désigné le cimetière pour y enterrer les morts, lorsque tout à coup, ils se sentirent inspirés de recourir à saint Jean Nepomucène, leur compatriote… Dans cette confiance, ils firent .. vœu d’aller tous les jours en procession à une certaine église. A peine eurent-il fait ce vœu qu’ils commencèrent à bénéficier de sa bénigne protection, bien loin de mourir, il n’y eut pas un seul qui fut atteint de la contagion »

Saint Jean Nepomucène est toujours représenté enserrant entre ses bras un crucifix et portant une soutane, un surplis et un manteau. Le culte de ce saint était très populaire dans toute l’Europe centrale et orientale.

La VIERGE MARIE portant une auréole parsemée d’étoiles, les pieds posés sur le globe terrestre, intervenait à cette époque de deux manières : en intercédant directement auprès de Dieu et en recevant les demandes d’autres saints pour qu’elle les transmette à Dieu.

Les intercessions directes sont très nombreuses dans l’histoire ; le plus souvent, Marie expliquait aux habitants du lieu où sévissait la peste que celle-ci est due aux péchés des hommes et que, pour la faire cesser, il fallait que les hommes soient plus pieux, qu’ils fassent des processions votives ou  encore qu’ils érigent des églises sur le lieu de son apparition.

A suivre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire