REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

dimanche 11 mars 2018

LES COLONNES VOTIVES DU 17ème SIÈCLE (20) : : La Pestsaüle du Graben à Vienne

Suite de l'article précédent

 Le deuxième niveau de la représentation du monde céleste est celui de la cour des anges, il  est composé de volutes de nuées empilées qui descendent jusqu’au piédestal de la colonne. C’est l’œuvre de l’architecte de théâtre, Burnacini qui a traité ce niveau comme une scène théâtrale.

Sur ces nuées se trouvent trois types d’anges :
   . Les uns sont des putti, parfois sexués, représentés soit voletant en avant des nuages, soit en émergeant,
   . D’autres anges sont figurés sous la forme élémentaire, habituelle à l’époque baroque, d’un visage d’enfant joufflu entouré de deux ailes.
   . Enfin, neuf grands anges sont représentés  assis ou debout sur les nuées.

Il est habituel d’indiquer que ces neufs anges évoquent les neuf chœurs des anges ; c’est faux puisque,  selon Saint Denys l’Aréopagite, cette appellation correspond à  la classification des anges groupés en trois hiérarchies (chérubins, séraphins..)  et en trois ordres dans chacune des hiérarchies : les neuf anges de la colonne, tous semblables, ne sont important que par leur nombre qui est un multiple de trois et surtout  par les attributs qu’ils portent,  ils ne donc correspondent pas à une quelconque  place dans le classement céleste.

Les attributs des anges, pour la plupart dorés afin qu’ils ressortent bien sur le blanc du marbre, sont, pour une grande partie d’entre eux, liés au pouvoir impérial et aux victoires sur les turcs :

     . Deux anges casqués portent une lance (1) pour l’un, une épée ainsi qu’un bouclier (2)  pour l’autre symbolisant l’armée victorieuse,
     . Un autre ange porte un bâton (3) qui doit figurer un bâton de commandement,
     . Deux autres anges portent la couronne impériale du saint Empire (4) pour l’un et, pour l’autre, une couronne et un sceptre (5), deux attributs qui  symbolisent les pouvoirs des Habsbourg sur leurs diverses dominations.
     . Un ange assis porte un livre (6), sans doute de prières, allusion à la piété de l’empereur ; dans le même registre d’idée, un ange porte un cierge allumé, (7)
     . Deux autres anges sont des musiciens, l'un joue du luth (8), l'autre porte une trompette. (9)
 
La signification de ces attributs est claire : ils participent à la glorification et à la sacralisation de la monarchie Habsbourg : les couronnes semblent descendre du ciel vers l’empereur, sa piété lui vaut la victoire sur les hérétiques et les infidèles, cette victoire  est obtenue par les armes grâce au vouloir de Dieu pour qui elle est justifiée. Tout cela témoigne de la volonté de Léopold 1er de montrer à tous que son pouvoir  provient directement de Dieu.

A suivre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire