REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

jeudi 12 avril 2018

Le stoïcisme d' EPICTETE :un art de vivre (9)

LE PHILOSOPHE DANS LA SOCIÉTÉ QUI L’ENVIRONNE (suite de l’article précédent)

L’APPARENCE PHYSIQUE DU PHILOSOPHE
   . 33-7 « Ne prends pour les besoins du corps que ce qui est strictement nécessaire en fait de nourriture, de boisson, de vêtements, de logement, de domestiques, tout ce qui est d’ostentation et de luxe, supprime le. »
   . 40 « Les femmes, aussitôt après leur quatorzième année, … commencent à se parer et mettent là toutes leurs exigences, .. (il faut) qu’elles sentent que rien ne peut attirer de la considération que de paraître décentes et réservées. «
   . 41 « C’est un manque de disposition pour la vertu que donner une grande place aux choses du corps comme de donner beaucoup de temps à faire de la gymnastique, à boire, à manger, à excréter…il faut .. appliquer toute son attention à son esprit. »

Comme ces trois aphorismes le montrent, l’apparence physique n’a aucune importance puisque, pour le philosophe, le corps étant un élément étranger à l’âme, il convient de s’en détacher.

Ce détachement vis à vis de son corps conduit à une grande austérité de mœurs :
     . Ne satisfaire que les besoins nécessaires pour que le corps puisse continuer à fonctionner, le minimum vital, pourrait-on dire.
     . Bien manger et bien boire ne sont pas nécessaires puisqu’ils concernent le corps qui ne dépend pas de nous ; de même entretenir son corps par des exercices physiques ou le parer pour le rendre plus attrayant sont inutiles : seules comptent l’âme et l’utilisation de sa liberté
     . Supprimer tout luxe et tout objet d’ostentation, Le manuel donne l’exemple du port de chaussures : il est certes nécessaire, cependant la chaussure doit n’être qu’un objet purement utilitaire, si on décide de porter des chaussures de luxe, c’est mal car on peut se laisser emporter dans le piège de ce que l’on appellerait aujourd’hui, la société de consommation : « Si tu vas au-delà de ce qu’il faut pour chausser ton pied, tu prends d’abord des chaussures dorées, puis de pourpre puis brodées , une fois qu’on a dépassé la mesure, il n’y a plus de limites. » (39).

A suivre..

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire