REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

lundi 6 novembre 2017

ESTONIE-LETTONIE (11) : l’émergence d’une culture nationale

Suite de l’article précédent

LA NAISSANCE DES LANGUES ÉCRITES

La langue écrite est apparue principalement du fait de la conversion des peuples Lettons et Estes au protestantisme au 16e siècle (1) ;   en effet, le luthéranisme impliquait que les sermons soient effectués dans la langue du pays et que les textes religieux soient mis à la portée de tous et compréhensibles par tous. Or, à cette époque, les pasteurs étaient désignés par les possesseurs des domaines et ils ne s’exprimaient qu’en allemand, ils durent s’adapter à la langue du pays et faire en sorte qu’elle leur soit abordable.

C'est de cette contingence que sont nées véritablement  les langues écrites estonienne et lettone, ce fut essentiellement l’oeuvre des pasteurs protestants germanophones. Pour créer une langue écrite, il fallut d’abord inventer un alphabet en décomposant les mots parlés en sons qui pouvaient correspondre aux sons de l’alphabet allemand auquel on ajouta des accentuations afin de le calquer le plus exactement possible au langage parlé letton et este. Puis, au moyen de cet alphabet,  on se mît à transcrire à l'écrit les mots de la langue orale, de chercher la correspondance de ces mots en allemand afin de rédiger un dictionnaire. Ensuite, il fallut rédiger une grammaire afin de permettre d’articuler  à l'écrit les mots ainsi définis selon la langue parlée ; pour cela, on s’inspira de la grammaire latine. (2)

À ce stade qui se déroula aux 16e et 17e siècles, la langue écrite n’était pas encore un outil de culture pour trois raisons :
    . D’abord en raison des variantes régionales ; dans un premier temps, les pasteurs allemands prenait pour base de l’élaboration de l’écrit le langage parlé dans la région de leurs ministères et créaient leur propre système d’écriture, il fallut unifier ensuite ces systèmes.
   . Ensuite, la langue écrite présente  surtout le mode de pensée d’un lecteur d’expression germanique et n’est qu’un outil manié par celui-ci.
   . Enfin, les textes écrits en langue vernaculaire ne sont que des documents à vocation religieuse : catéchisme de Luther, épîtres et Evangiles, prières, cantiques  et psaumes, bible..

. 1 : la transcription phonétique apparaît cependant plus tôt en particulier pour les rôles d’impôts avec mention du nom des personnes Estes et Lettones mais elle en était restée au stade élémentaire sans impact réel sur leur culture.

. 2 : notes complémentaires
       . l’origine germanique du letton écrit se marque en particulier par l’utilisation jusque 1908 des lettres gothiques.
       . La première grammaire en estonien est le fruit du travail de  H Stahl en 1637, un pasteur protestant qui voulut aider les prêtres de sa région, il compose un manuel germano-estonien avec des textes religieux.
       . Le premier dictionnaire germano-letton date de 1638, le premier livre de grammaire en 1644, en 1685, Glück traduit la bible en letton.
.      . L’essai de création d’une langue écrite n’est pas l’apanage des seuls protestants, ainsi, apparaît un catéchisme en letton écrit par le jésuite Garlib Merkel

À suivre ... la création des écoles

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire