NOUVEAU THÈME :
J'ai précédemment effectué divers articles sur les trois pays baltes que je trouve fascinant. il manquait à cette étude la description des trois capitales, Vilnius, Riga et Tallinn. voici d'abord mes impressions sur RIGA capitale de la LETTONIE.

REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

dimanche 22 avril 2018

Le manuel d'EPICTÈTE : un mode de pensée (2)

La deuxième  notion de logique morale abordée par le manuel d’Epictète est appelée CORRÉLATION. Cette notion est complémentaire de la précédente : le dualisme antécédent/conséquent, avec la démarche de l’esprit qui en découle,  concerne essentiellement l’individu seul utilisant les valeurs qui composent la liberté de son âme au moyen de la raison. La corrélation concerne plutôt les relations de l’individu et de son « en soi »  avec le monde extérieur dans toutes ses composantes : son propre corps, les autres hommes pris individuellement et collectivement, la nature et même les objets inanimés.

Pour illustrer cette notion, je prendrai l’exemple de deux personnes, A et B ; ils se rencontrent dans la rue et A se met à invectiver B suffisamment violemment pour que les passants s’arrêtent ; B est alors placé devant un dilemme :
   . S’il décide de ne pas se laisser faire, il répliquera par d’autres insultes et l’altercation pourra se terminer par une rixe qui, si elle est menée à son terme, risquera d’aboutir à la mort de l’un des individus.
   . S’il juge nécessaire de ne pas réagir et de passer son chemin, il sera certes traité de lâche et de «poule mouillée », mais il conservera sa tranquillité d’esprit.

La quasi-totalité des êtres humains choisiront la première solution tant est grande chez eux le désir de considération face aux autres ; par contre, le philosophe qui suit l’enseignement d’Epictète, optera pour la seconde : Il ne réagira pas et se laissera injurier et même frapper.

Cette absence de réaction est mentionnée explicitement dans le manuel et expliquée dans deux  aphorismes :
   . 20 : «  Souviens-toi qu’on n’est pas outragé par celui qui injurie ou qui frappe mais par le jugement qu’il vous outrage. Quand quelqu’un te met en colère, sache que c’est ton jugement qui te met en colère »
   . 30 : «  …Un autre ne te nuira pas si tu ne le veux pas, mais on t’aura nui si tu juges qu’on te nuit »

Traduit dans un langage de notre époque, ces deux aphorismes peuvent s’exprimer ainsi en se référant au dualisme « ce qui dépend de nous, ce qui ne dépend pas de nous » :
   . Si on est agressé par autrui, on se trouve dans la situation de ce qui ne dépend pas de nous et dont nous sommes esclaves : Nous ne pouvons empêcher que quelqu’un nous déteste au point de nous frapper
   . C’est dans cette perspective, qu’il convient que notre esprit analyse la situation : je décide donc, en usant de ma liberté absolue de jugement, que je ne me sens pas concerné par cette agression et que  je trouverai en moi des valeurs telles que l’indifférence ou le courage qui me permettront de ne pas réagir.

Ainsi, lorsqu’au moyen des ANTÉCÉDENTS et des CONSÉQUENTS, on a déterminé en toute liberté  une manière d’être, il convient de s’y tenir en toutes circonstances en en tirant les conséquences dans ses rapports avec autrui, c’est ce qu’Epictète appelle CORRÉLATION. Pourtant cela ne suffit pas, car il est nécessaire de déterminer si cette démarche est logique et cohérente par la DÉMONSTRATION, troisième étape de la logique du philosophe.

À suivre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire