REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

lundi 2 octobre 2017

SOUVENIRS DES ANNÉES 1950-60 : la vie quotidienne (10)

Suite de l’article précédent à propos de l’absence de télévision

Les dimanches étaient également bien occupés avec la messe le matin, la sortie en famille l’après-midi ou la venue d’invités à la maison  avec qui, souvent, s’organisaient  de passionnantes parties de cartes. On allait aussi les dimanches après-midi en famille au cinéma de la paroisse.

De même, on n’avait pas le temps de s’ennuyer le jeudi : catéchisme le matin et patronage l’après-midi.

Avec le temps, nos loisirs évoluèrent, on se retrouvait entre copains et copines de la rue pour de longues balades en forêt, à pieds puis à vélo ; je me souviens en particulier, de jeux dans un saule près de notre maison où chacun se construisait une cabane. Lorsqu’il pleuvait, on jouait à des jeux de société, Les parents n’avaient aucune crainte de nous laisser sortir car dans, notre quartier, il n’y avait pas d’insécurité.

Pendant les vacances scolaires, tout, pour les enfants, n’était pas que jeux ; il fallait participer aux diverses tâches inhérents à la vie quotidienne de la maison ; comme pendant les jours de classe, on mettait la table et on aidait à la vaisselle, on faisait son lit, on balayait la cuisine… ; en outre, presque tous les jours, notre mère nous faisait faire une dictée afin d’améliorer notre niveau d'orthographe.

On allait chercher de l’herbe pour les lapins, on aidait aussi au jardin afin de soulager les parents, on allait ramasser les fruits et les légumes, en particulier lorsqu’on faisait des conserves ; je me souviens parfaitement de longs après-midi où il fallait couper les haricots verts en petits morceaux et ôter les fils, puis écosser les haricots secs.. La fin des vacances d’été était marquée par le bêchage du jardin. Lorsque je devins plus grand, je dus participer aux travaux de la maison : je me mis à peindre, à monter des murs en agglomérés sous la conduite de mon père, j’appris à bricoler, ce qui me fut bien utile plus tard.

Ainsi, nous étions suffisamment occupés pour ne jamais ressentir des manques ou de l’ennui. Nous eûmes la télévision très tard seulement  quand nos études furent terminées,  car nos parents disaient, à juste titre, qu’on ne pouvait pas, en même temps, être studieux et regarder la télévision.

A suivre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire