REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

samedi 19 mai 2018

Impressions de voyage : RIGA (Lettonie) (12)

Suite de l'article précédent

J’ai donné du ROMANTISME NATIONAL une description dans le chapitre réservé à l’émergence d’une culture lettone (1) et me bornerai à rappeler ici ses caractéristiques en décrivant deux bâtiments significatifs de ce style.


Les photos ci-dessus, d’une maison construite par Eizen Laube, un des théoriciens de ce style, en 1909 dans la rue Brisvibas sont révélatrices de cet art qui conserve les caractéristiques du Jugendstyl éclectique (dont les oriels) en y ajoutant deux particularités :
     . Du matériel et des formes hérités des traditions des campagnes lettones : hauts toits pentus  évoquant ceux des  fermes, grosses colonnes ressemblant aux poutres de bois..
     . Des sculptures présentant des motifs tirés de la culture et de la nature lettone tant végétale qu’animale : parmi ceux -ci sont représentés sur la photo trois panneaux sculptés à partir des motifs de broderie et un relief figurant trois chouettes stylisées, encadrées de branches contournées. ..


Cette autre maison construite par Eizens Laube rue Alberta en 1908 semble, à première vue, très différente de la précédente ; pourtant, on y retrouve les mêmes caractéristiques décoratives : oriel, haut toit imité des fermes paysannes, panneaux décoratifs à base de scènes de la vie lettone, grosses colonnes rondes imitant les poteaux de bois, emploi de matériaux nationaux..

Deux détails caractéristiques de l’art du romantisme national apparaissent dans cette maison que  celle de la rue Brisvibas ne comportait pas : le portail d’entrée et le rez-de-chaussée construits en pierres de taille brute et les fenêtres à pans recoupés imitées des fenêtres de grange. Enfin au-dessus de la porte piétonne, figure la façade miniature d’une véritable maison à portique de bois, telle qu’on pouvait en rencontrer dans la banlieue de Riga.

(1) Estonie Lettonie, naissance d'une culture nationale

A suivre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire