REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

mercredi 9 mai 2018

Impressions de voyage : RIGA (Lettonie) (7)

LES MAISONS DE RIGA DE STYLE HANSEATIQUE

Le style hanséatique est présent dans la ville d’abord par les anciennes boutiques surmontées d’entrepôts. Ces maisons présentent  sur la rue une façade haute et étroite terminée par un pignon ; par contre, elles se développent  en profondeur. Un style semblable se retrouve dans toutes les anciennes villes de la Hanse germanique et témoigne que, dans ces cités, il fallait que chaque commerçant ou artisan ait pignon sur rue au sens littéral du terme.

Un premier exemple de ce type de constructions est une maison formant un angle sur la rue Mazda Troksnu dont on peut voir à la fois la façade principale et une des faces latérales. Cette maison faisait office d’entrepôt et sans doute de boutique




La façade principale est à pignon ; tout en haut, se trouve une avancée qui comportait autrefois une poulie. Cette  poulie permettait de monter les marchandises de la rue dans les étages de l’entrepôt ; à chaque étage, se trouvait une porte fermée par un volet que l’on ouvrait pour rentrer les marchandises dans les greniers étagés. La partie haute de la façade latérale était percée de petites lucarnes d’aération des greniers. La partie inférieure de la maison comportait de grandes portes cochères qui devaient donner sur les boutiques établies au rez-de-chaussée et sur les caves.  Ces salles du rez-de-chaussée ainsi que les caves sont ici occupées actuellement par des restaurants qui profitent du cadre afin de tenter de créer pour leurs convives une ambiance médiévale.


La deuxième maison présentée sur les photos ci-dessus présente une autre forme de maison hanséatique différente de la précédente à deux points de vue :
     . D’abord, elle ne présente pas sur la ruelle un toit à pignon, le faite du toit est parallèle à cette ruelle, une lucarne s’ouvre au niveau de celui-ci et comporte l’avancée sous laquelle se trouvait la poulie. En dessous, se trouve la succession des greniers.
    . Ensuite, elle comporte sous les greniers un étage intermédiaire qui doit correspondre au logis d’habitation du marchand ; en-dessous, doit se trouver la boutique et l'accès aux caves et à la cour.

La maison faisant partie du complexe de maisons appelée des Trois Frères, montre la même organisation que la maison décrite en premier avec trois niveaux :
     . Trois étages de greniers à la partie haute avec un oculus qui peut correspondre à l’emplacement de la poulie.
    . En-dessous, un niveau s’ouvrant sur la rue avec des petites fenêtres circonscrites dans un alignement d’arcades.
   . Le  niveau du rez-de-chaussée pourvu d’une porte cochère  correspond probablement à la boutique et à l'entrée des caves. Il se peut aussi qu’il existe un entresol.


Le principal intérêt de cette maison est son toit à redents au niveau du pignon. Ce pignon se décompose en cinq arcades hautes et étroites qui comportent les petites fenêtres des greniers, la plus haute de ces arcades se trouve au centre, au niveau du faite du pignon ; les autres sont de plus en plus basses et correspondent à l’étagement des redents. Ce type de maisons à redents se retrouve dans toutes les villes germaniques et plus spécialement dans celles qui furent affiliées à la Hanse.

La maison du complexe dit des trois frères jouxtant la précédente est de style baroque : les redents du pignon ont été remplacés par des volutes à  courbe inversée ; au faite du pignon se trouve la lucarne centrale surmontée d’un fronton courbe. Cette maison comporte aussi un monumental portail d’entrée cantonné de deux pilastres et surmonté d’un entablement portant l’inscription Soli Deo Gloria  puis d’un fronton dans lequel on devine un blason. De part et d’autre de l’entablement est mentionnée la date 1746, ce qui permet de dater au 18ème siècle la transformation de la maison pour l’adapter au goût du jour.

A suivre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire