REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

jeudi 14 septembre 2017

SOUVENIRS DES ANNÉES 1950-60 : la vie quotidienne (1)

La troisième série d’articles qui va suivre (1), évoquera divers aspects de la vie quotidienne des années 1950-1960, vus par un enfant du peuple de l’époque, qui y raconte ses souvenirs. Comme précédemment exprimé il s’agit d’un témoignage et non d’une étude exhaustive de la société de ces années, c’est en lisant ce témoignage que l’on pourra mesurer à quel point les choses ont changées depuis.

Durant mon  enfance, j’ai vécu selon un style de vie beaucoup plus simple que celui des enfants de l’époque actuelle, les familles des classes populaires ne disposaient pas de l’attirail technologique dont on s’entoure maintenant. Ainsi, dans ma famille, lors de mes dix premières années, nous ne possédons ni voiture, ni télévision, ni téléphone , ni réfrigérateur, ni machine à laver le linge, ni  chauffe-eau, ni chauffage central, ni même de salle de bains. C’est au fur et à mesure  de ses disponibilités financières que la famille s’équipa peu à peu.

Avant d'évoquer notre vie quotidienne, il convient de décrire d’abord notre cadre de vie. Nous habitions dans une petite maison individuelle qui comportait quatre pièces composant le logis proprement dit : la cuisine, la salle à manger, la chambre des enfants, la chambre des parents.

La cuisine était la pièce principale de la maison, c’est là où se tenait habituellement la famille, là se trouvaient une grosse cuisinière à charbon, un buffet de cuisine, un évier avec un seul robinet d’eau froide, une table et des chaises ainsi qu’un placard sur lequel se trouvait le poste radio.

Les meubles de bois furent assez vite remplacés par des meubles en Formica.  En ce qui concerne ma famille, nous avions aussi une petite cuisinière à gaz à deux feux posée sur un placard ; en effet, notre maison étant située dans un village d’une  banlieue de  ville, elle était desservie par le gaz de ville.

(1) voit l’imprégnation de la vie religieuse et l’école, deux thèmes de souvenirs déjà traités précédemment

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire