REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

dimanche 24 septembre 2017

SOUVENIRS DES ANNÉES 1950-60 : la vie quotidienne (6)


Suite de l’article précédent

C’était aussi sur l’évier de la cuisine que l’on  effectuait sa toilette. Une cuvette spécifique était utilisée pour cela, chacun se lavait à tour de rôle le soir avant d’aller se coucher de manière à ne pas trop salir les draps ;  les enfants se lavaient en premier, les parents faisaient leur toilette quand les enfants étaient couchés. Quand nous primes de l’âge, on mît une sorte de paravent pour préserver notre intimité. On se lavait par « petits bouts » en axant tout particulièrement sur ce qui s’était sali dans la journée. Quand on se lavait les pieds, on déplaçait la cuvette sur une chaise pour plus de commodité.  Pour se laver, on utilisait, bien entendu, l’eau chaude contenue dans la bouilloire. Le matin, on se débarbouillait rapidement les mains et le visage et on se nettoyait les dents. En outre, il fallait se laver les mains très souvent et en particulier avant et après les repas.

Une fois par semaine, généralement le samedi, on se lavait entièrement, toujours sur l’évier de la cuisine ; c’était le moment où on changeait de linge, il est évident cependant que les filles se changeaient plus souvent que les garçons.

Était-on propre ? Je pense que oui, on faisait avec les moyens dont on disposait. Il y avait des bains douches municipaux mais je n’y ai jamais été. À partir du moment où nous eûmes une salle de bains, nous changeâmes bien évidemment nos habitudes d’hygiène,

Une particularité de cette époque concernait les WC. Il n’y avait pas de papier toilette spécifique comme actuellement et nous n’avions pas de chasse d’eau. En guise de papier toilette, nous utilisions des vieux journaux que nous découpions en petites feuilles rectangulaires ; quant à l’eau de nettoyage de la cuvette, elle provenait de l'eau de l’auge que l’on allait chercher au moyen d’un seau.

À suivre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire