NOUVEAU THÈME :
J'ai précédemment effectué divers articles sur les trois pays baltes que je trouve fascinant. il manquait à cette étude la description des trois capitales, Vilnius, Riga et Tallinn. voici d'abord mes impressions sur RIGA capitale de la LETTONIE.

REMARQUE
. Tous les articles de ce blog ont été rédigés par moi-même sans emprunt littéral à d'autres auteurs, ils sont le fruit d'une documentation personnelle amassée au cours des ans et présentent ma propre vision des choses. Après tout, mon avis en vaut bien d'autres.
. Toutes les citations de mes articles proviennent de recherches sur les sites gratuits sur Internet

samedi 16 septembre 2017

SOUVENIRS DES ANNÉES 1950-60 : la vie quotidienne (2)

suite de l'article précédent

Tous les actes de la vie quotidienne se déroulaient dans la cuisine. Bien évidemment, on y préparait le repas et on y mangeait ; c’était là aussi que ma mère repassait le linge, elle utilisait pour cela un fer à repasser électrique mais, dans beaucoup de famille, on se contentait encore  de platines de fonte que l’on chauffait sur le fourneau. C’était sur la table de la cuisine que nous, les enfants, faisions nos devoirs tandis que notre mère préparait le repas. Si on jouait aux cartes en famille, c’est à la cuisine qu’on le faisait ; de même, c’est là aussi qu’on lisait le journal et qu’on écoutait la radio. Enfin, c’était dans la cuisine qu’on se lavait et qu’on lavait le linge usuel. Je reviendrai postérieurement sur ces éléments de la vie quotidienne.

Une grosse cuisinière trônait dans un coin de la pièce ; dans ma famille, il était alimenté par du charbon et fonctionnait  en continu pendant l’hiver. Le matin, le premier levé, en général notre père, s’occupait du fourneau avant de partir pour travailler. Il vidait les cendres, activait les braises qui restaient de la veille ; il suffisait ensuite d’aller emplir le seau à charbon, de rajouter du papier, du bois puis du charbon pour faire repartir le feu pour la journée. On remettait un peu de charbon quand le besoin s’en faisait sentir,

Outre le chauffage de la cuisine et du logis, le fourneau servait à beaucoup d’autres tâches ; d’abord, il permettait de disposer d’eau chaude, la bouilloire était toujours sur le feu ; quand on utilisait de l’eau chaude, on remettait tout de suite de l’eau froide dans la bouilloire  pour le prochain utilisateur ; nous n’avions pas de chauffe-eau dans la maison, l’eau de la bouilloire servait à la fois pour les besoins alimentaires mais aussi pour faire sa toilette, pour la vaisselle, pour laver le linge dans la lessiveuve....

Une grande partie de la cuisson des aliments se faisait sur la cuisinière, je me souviens des bonnes odeurs qu’exhalait la cocotte en fonte dans laquelle la viande mijotait  doucement. C’est aussi sur la cuisinière qu’on laissait la cafetière afin d’avoir toujours du café de prêt au cas où quelqu’un viendrait nous voir. Pour moudre le café, on utilisait un moulin mécanique que l’on mettait entre ses jambes pour qu’il ne tombe pas lorsqu’on tournait la manivelle. On y  faisait aussi chauffer le lait du matin en prenant bien garde qu’il ne déborde pas.

Le fourneau était périodiquement frotté à la toile émeri afin d’éliminer toutes les taches qui pouvaient s’y trouver. Il devait être ramoné une fois l’an. En été, pour cuire les aliments, un utilisait le gaz de ville.

A suivre. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire